Session 24 – Etat et pétrole

La 24ème session du séminaire « Économie politique des capitalismes » – organisé conjointement par le Centre Emile Durkheim et le laboratoire Les Afriques dans le Monde – aura lieu le vendredi 29 mars 2024 de 13h00 à 15h00. Elle portera sur les rapports entre l’Etat et le pétrole.

Intervenante : Doris Buu-Sao (maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Lille, membre du CERAPS, UMR 8026)​​​​​

Résumé :

e 5 juin 2009, après plusieurs mois de contestation d’une loi favorisant l’extraction de ressources naturelles, des affrontements éclatent entre policiers et manifestants indiens dans le nord du Pérou. Plusieurs dizaines de personnes y trouvent la mort. Dans l’après-coup de cet épisode de violence, cette enquête novatrice sur l’exploitation de la nature en Amazonie explore les rapports entre l’industrie pétrolière, les communautés indigènes et le pouvoir péruvien.

Elle invite à rompre tant avec les lectures romantiques célébrant l’héroïsme de la résistance indienne qu’avec le regard désabusé de celles et ceux qui déplorent l’incapacité d’un peuple à reprendre en main son destin. Car celui qui défile pour la Fédération quechua, sous l’œil des caméras, armé d’une lance et le visage couvert de peintures de guerre, peut bien réapparaître quelques jours plus tard comme travailleur du site pétrolier, vêtu d’un uniforme semblable à celui des ouvriers venus de Lima.

Pour restituer cette complexité, l’ouvrage met en lumière le déploiement de l’État et du capitalisme “par le bas”. Le temps long de l’observation révèle la variété des interactions entre les villages autochtones et l’industrie pétrolière, et permet d’éclairer la manière dont l’ordre politique et économique est produit mais aussi contesté au quotidien.

Intervenant : Pierre Wokuri (chercheur indépendant, membre associé du laboratoire Arènes, UMR 6051) 

Résumé :

Le Comment la richesse pétrolière façonne le développement des nations ? Pourquoi les pays producteurs nationalisent ou privatisent le secteur pétrolier ? De nombreuses recherches apportent des réponses à ces questions. Cependant, la plupart des recherches précédentes ne prennent pas suffisamment au sérieux les dynamiques politiques nationales internes, ont tendance à considérer le rôle des États du Sud de manière déterministe et analysent rarement les étapes précédant le début de l’extraction pétrolière. A partir d’une enquête articulant notamment entretiens semi-directifs, analyse de débats parlementaires et de télégrammes diplomatiques ayant fuité (Wikileaks et Panama Papers), cette contribution vise à combler ces lacunes en répondant à la question suivante : les “États fragiles” expriment-ils un patriotisme économique en matière d’extraction pétrolière ? A partir du cas de l’Ouganda, il sera mis en évidence que l’action de l’État ougandais dans ce domaine correspond à une forme de derisking developmentalism (Gabor et Sylla, 2023) : la combinaison d’actions et des discours mettant l’accent sur le “développement ” et le changement de l’intégration des pays du “Sud” au sein de l’économie mondiale (developmentalism) avec des actions et des discours visant à “réduire les risques” (derisking) pour les investisseurs étrangers en les courtisant

Le format est hybride

  • En présentiel : site Sciences Po Bordeaux, salle Monnet
  • En ligne : inscription


Citer ce billet
benjaminburbaumer (2024, 22 mars). Session 24 – Etat et pétrole. Économie politique des capitalismes. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://econopol.hypotheses.org/1027

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search