Session 2 – Discuter les apports des notions secteur et de champ à l’économie politique des capitalismes.

12 février 2021 – 13h/15h – En visioconférence via Zoom

Discuter les apports des notions secteur et de champ à l’économie politique des capitalismes.

Session animée par Caroline Duffy et Luc-Yaovi Kouassi

La sortie du « nuage rose » :  la notion de secteur à l’étude des transactions entre coopérant.es, agronomes et salarié.es de l’industrie agroalimentaire dans le contexte de Madagascar

© Zoé Tinturier

Si le capitalisme a longuement été analysé comme partie prenante du processus de rationnalisation et de « désenchantement du monde » que traversent nos sociétés contemporaines, M. Weber reconnait l’existence d’une forme de capitalisme « non rationnaliste » qui intègre des éléments de type « extra-économique » (Weber, 1991). Ces constats sont ici interprétés comme un encouragement à observer les différentes formes d’interactions tissées entre l’espace marchand et des sphères de la vie sociale dont la logique n’est pas nécessairement guidée par l’objectif d’accumulation. Sans préjuger ni sur les formes, ni sur l’aboutissement des logiques capitalistes que ce type d’interaction peut engendrer, on se propose ici d’étudier une politique de commercialisation d’un produit nutritionnel qui se situe à l’interface entre trois domaines d’activités : la coopération française, la recherche agronomique et la production agroalimentaire. Mise en oeuvre dans le contexte postsocialiste de Madagascar, cette politique représente une porte d’entrée pour l’analyse des transactions entre différents « secteurs ». Par son attention portée aux variations de conjonctures et aux échanges entre les différents domaines d’activités spécialisés (Dobry, 2000), je choisis ici l’emploi du concept de « secteur » pour analyser les différentes phases de la rencontre entre ces trois domaines. Après avoir justifié le choix de cette notion par rapport aux alternatives qui se sont présentées, je montrerai comment ce concept m’a été utile pour comprendre l’évolution des rapports sociaux tissés autour de ce programme. Caractérisées par une prédominance de l’affect qui donne le sentiment aux individus d’évoluer sur « un nuage rose » – selon les propos de l’un.e d’entre eux/elles  -, les rapports évoluent progressivement vers des formes d’échanges plus institutionnalisées qui peuvent aboutir à de brusques voltefaces.

Zoé Tinturier – Doctorante à Science po Bordeaux et membre du laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM) – plus d’infos ici


Utiliser la notion de champ pour étudier le capitalisme. L’exemple de l’agriculture en Roumanie

© Antoine Roger

Selon Pierre Bourdieu, tout champ est à la fois un « champ de forces » et un « champ de luttes ». Pour en mesurer les effets, il convient de mettre au jour une structure de positions objectives, déterminée par la distribution inégale de capitaux ; mais il faut dans le même temps rendre compte d’affrontements symboliques qui ont pour enjeu la hiérarchisation des positions, étant admis que chaque protagoniste cherche à imposer comme source de légitimité et d’autorité les capitaux dont il est lui‑même doté. Ces principes généraux permettent d’étudier les structures politiques de l’accumulation. Il s’agit ainsi de montrer que l’accumulation repose sur un travail – éminemment politique – de dépolitisation de l’économie. Dans certains cas – sous certaines conditions structurales – ce travail favorise aussi et paradoxalement le maintien de formes non capitalistes. Une recherche consacrée aux développements de l’agriculture en Roumanie depuis 1990 permet de le vérifier : les grandes exploitations tournées vers l’exportation coexistent sur ce terrain avec des petites propriétés qui servent à des pratiques d’autoconsommation. Des agents engagés dans différents champs (entrepreneurial, scientifique, bureaucratique) présentent et perçoivent l’agriculture parcellaire comme extérieure à un ordre économique naturel. Ils anticipent sa disparition et se persuadent qu’il suffit de laisser la nature accomplir son œuvre. Cette disposition les détourne d’œuvrer à son élimination – par des pressions fiscales, un encadrement des transactions foncières, un durcissement des critères d’installation, une modification des règles de succession – et rend inutile l’existence d’un mouvement qui organiserait sa défense.

Antoine Roger – Professeur de science politique à Sciences Po Bordeaux et membre du Centre Emile Durkheim – plus d’infos ici



Citer ce billet
Séminaire Économie Politique (2021, 1 février). Session 2 – Discuter les apports des notions secteur et de champ à l’économie politique des capitalismes. Économie politique des capitalismes. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://econopol.hypotheses.org/33

Séminaire Économie Politique

Séminaire d'Economie politique des capitalismes joints aux laboratoires CED et LAM à Sciences Po Bordeaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search