Session 18 – Politique monétaire, transparence de la banque centrale d’Afrique de l’ouest et souveraineté monétaire

La 18ème session du séminaire « Économie politique des capitalismes » – organisé conjointement par le Centre Emile Durkheim et le laboratoire Les Afriques dans le Monde – aura lieu le vendredi 24 février de 13h à 15h sur le thème de la politique monétaire en Afrique de l’ouest.

  • Les banques centrales au service du peuple ? Les finances des gouvernements et la politique de la banque centrale BCEAO dans la zone Franc CFA

Kai Koddenbrock

Enseignant-chercheur à l’université de Bayreuth | chercheur invité à LAM

Les banques centrales sont au cœur du financement des politique publiques depuis leur naissance au 17e siècle. Leur ‘indépendance’ est seulement une innovation récente, elle suit l’idéologie du «libre» marché qui signifie avant tout de laisser les riches accumuler plus de richesses depuis la fin des trente glorieuses des années 1970. Les chiffres sur l’accumulation des richesses sont rendues publics. Mais, aujourd’hui, l’indépendance des banques centrales est de plus en plus sous pression parce que les marchés financiers sont en crise régulièrement et n’arrivent plus à s’en sortir. Retraçant l’histoire de la Banque Centrale des États de l’Afrique de Ouest (BCEAO), mon discours va interroger l’évolution de la relation entre cette banque centrale fondée sous le colonialisme français et les gouvernements de la zone Franc. Entre stabilité de la monnaie et manque d’accès au crédit pour les populations, la BCEAO s’est plus intéressée à l’adhérence de son mandat d’indépendance et moins au bien-être de la majorité du peuple. Ceci n’est pas une évidence mais un choix politico-économique qui doit être discuté en vue de ses effets distributifs.

  • Monetary Policy Committees at the Central Bank of West African States (BCEAO) and at the Bank of the Central African States (BEAC)

Edwin Le Héron

Professeur des universités, Sciences Po Bordeaux | Centre Émile Durkheim

La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) se sont dotées depuis le milieu des années 2000 de Comités de Politique Monétaire (CPM). La question concernant le design optimal de CPM recouvre une grande importance puisque sa structure influence le résultat de sa réunion et éventuellement la qualité des décisions. Cet article analyse à la lumière de la littérature trois aspects de la structure des CPM de la BCEAO et de la BEAC : leur taille, leur composition et leur règle de prise décision. Le constat est que les deux CPM sont de grande taille, hétérogènes et prennent leurs décisions par consensus sans véritable.

Le format est hybride.

  • En ligne : https://scpobx.zoom.us/j/97929428633?pwd=Vlg3Ung4dGRmdll5enl0YTB2SGpyZz09#success
  • En présentiel : site Sciences Po Bordeaux, salle Touchard


Citer ce billet
benjaminburbaumer (2023, 3 février). Session 18 – Politique monétaire, transparence de la banque centrale d’Afrique de l’ouest et souveraineté monétaire. Économie politique des capitalismes. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://econopol.hypotheses.org/594

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search